Etymologie des noms des rues a Ehmej

Bersaysa : Mot d’origine syriaque, sa signification est attribuée au nom de l’un des Dieux mais la plupart des noms propres ont subi plusieurs modifications et changements.

 

Marjbouna : Mot d’origine syriaque composé de deux syllabes (Mrag Aboun) signifiant le champ du père.

 

Hayyoun : Nom supposément dérivé du nom de l’un des Dieux phéniciens (Hammoun).

 

Al Araybet : pluriel de Araybe, et signifie ce qui s’élève légèrement du sol.

 

Al Harazmin : Mot Arabe, le pluriel de Harzmana, désigne une terre riche de minéraux.

 

Haklit El haya : Mot d’origine syriaque (Hayo) signifiant Al Hayat ou la vie, la source d’eau qui s’y trouve lui a valu ce nom.

 

Bkarta : Mot d’origine syriaque signifiant (le pain de  consécration). Cet emplacement était possiblement un sanctuaire pour  faire les offrandes et les sacrifices dans l’ancien testament.

 

Aroussat : L’origine du mot provient d’un comte populaire qui est le suivant : on racontait que Bkarta a reconnu jadis une tragédie lorsqu’un de ses hommes épousa une fille de Roueiss. Au moment où la famille du marié arriva au champ qui séparait entre les deux fermes, la soeur du marié apparut en émettant des cris de lamentation ce qui sema la colère entre les deux familles et déclencha une effusion de sang. A la vue de ce drame, les deux mariés se suicidèrent dans l’endroit auquel on accorda le nom « Arrousat » dérivé de « Arrousan » c.à.d les mariés en remplaçant la dernière lettre.  Le lieu d’enterrement des mariés fit nommé «Arbet Marina » d’après le nom de la mariée.

 

Al Shawiya : Un mot syriaque signifiant « la terre plate ».

Anis Freiha, a suggéré dans son dictionnaire que cette dénomination provient du mot Shawita qui signifie l’équilibre, la modération et l’adjectif  attribué à ce qui est applati, ou bien du mot Shawye en syriaque aussi, et qui signifie la terre applatie et lisse. « Al Shawiya»  pourrait aussi être une dérivation des outils comme la matraque, le manche d’un marteau ou d’une hache.

Al Maaden : Une terre riche en minéraux et spécialement l’acier, où des fonderies ont été creusées et dont les ruines existent jusqu’à ce jour.

 

Ain el Dair : Le nom de cette rue est attribuée à une source d’eau près du monastère et dont les ruines existent jusqu’à ce jour.

 

Cheryata : Un mot syriaque expliquée comme la nouvelle terre.

 

Chekhnaya : Un mot syriaque signifiant « lieu de résidence »

 

Al Ouainy : Dans le dialecte libanais populaire, ce mot signifie « la nouvelle branche » et pourrait aussi être une forme contractée du mot source en Arabe. Al Ouainy se situe à une altitude de 200 mètres du village.

D’autres rues ont été dénommées plus récemment comme : Al Saha, Al Karkouf, Al Shouwar.

Bibliographie : Ehmej au 19ème siècle et au début du 20ème siècle, Souhaila Georges Abi Younes, Beyrouth, 1987, page 10-11.

Leave a Reply